Infinisearch sur Twitter Infinisearch sur Facebook Infinisearch sur Google+

L’immaturité affective

Le terme est d’usage fréquent mais il ne correspond pas à un concept psychopathologique. Il convient de le réserver à deux catégories cliniques: Un retard dans le développement affectif du sujet jeune et l’immaturité affective structurale chez l’adulte.

Myriam Ott, psychologue à Aix en Provence, vous explique l’immaturité affective :

Chez les sujets jeunes (enfant et adolescent), l’immaturité affective s’observe dans plusieurs types de comportements : l’enfant se montre soumis (docile, sans agressivité) ou révolté (en quête d’affirmation de soi ne sachant que s’opposer, la révolte dissimule souvent la dépendance) ou égocentrique (n’acceptant pas le principe de réalité, ne prenant pas en considération l’existence d’autrui).

Ces différentes attitudes ont en commun une difficulté à accéder à l’autonomie et un mode de fonctionnement régressif (comportement du jeune enfant de moins de 4 ans).

L’immaturité affective structurale est celle des sujets adaptés en apparence mais fixés dans une étroite dépendance aux figures parentales: Soit de type maternant, soit de type autoritaire.

Dans la vie de couple, c’est souvent le conjoint qui joue ce rôle protecteur et autoritaire. Dans la vie professionnelle, l’armée, l’administration... prennent le relais.

Ces sujets sont relativement bien insérés dans la société en partie grâce à une absence d’agressivité mais ils ont des difficultés à assumer les responsabilités dans leur vie quotidienne et professionnelle.

D’un point de vue psychanalytique, le sujet fuit la problématique œdipienne et l’angoisse de castration*. Il régresse à un stade pré-génital de dépendance à l’objet maternel. Il vit dans l’angoisse d’être abandonné et cette peur interdit toute agressivité envers la figure parentale ou son substitut.

L’immaturité affective fait le lit de la dépression, des troubles anxieux, des maladies psychosomatiques, des addictions à partir du moment où l’état de dépendance affective est menacé.

Face au retard d’évolution chez l’enfant et l’adolescent, on ne peut pas annoncer une perspective pathologique car la maturité devient possible avec l’éducation, les enseignements de la vie et éventuellement l’aide d’une psychothérapie. Une psychologue à Aix en Provence se tient à votre service pour tout rendez-vous.

Face à la personne dite dépendante, l’attitude la plus positive consiste à progressivement responsabiliser le sujet, à l’encourager à tenir compte de ses propres désirs pour espérer une certaine mobilisation des pulsions créatrices qui l’individualisent. Toutefois, il s’avère difficile de bousculer le confort du sujet apportée par la situation de dépendance sans risquer de lui faire sentir un rejet, d’où l’intérêt pour le sujet de demander l’aide d’un psychologue.

*Le complexe d’œdipe est une production inconsciente du psychisme qui apparaît à un moment donné du développement de la sexualité infantile. Ce complexe conduit à travers l’angoisse de castration à faire une expérience de la perte (pour le garçon comme pour la fille) : c’est la séparation de la mère.

Quelques infos supplémentaires

Actualité publiée par Sophie - 17210 lectures

Coordonnées & contact

Myriam Ott
21 cours Sextius
13100 Aix en Provence (Frabce)
Tél. : 0640307015

Partager sur les réseaux sociaux
Haut de page