Infinisearch sur Twitter Infinisearch sur Facebook Infinisearch sur Google+

La fluorine en France ou la beauté du monde minéral

La fluorine est un minéral très apprécié des collectionneurs de minéraux, car elle cristallise souvent en beaux cristaux, le plus souvent cubiques ou octaédriques, de multiples couleurs. Elle peut être bleue, jaune, violette, verte, rose et même rouge, une même pièce ou un même cristal peut posséder plusieurs couleurs.

La fluorine est du fluorure de calcium, sa formule chimique est CaF2. C’est une substance très utilisée par l’industrie, elle est donc recherchée et il existe de nombreuses mines et carrières à travers le monde pour en obtenir. Elle n’est pas rare, ce qui permet aux collectionneurs d’en obtenir des échantillons, et de réaliser même des collections exclusivement avec ce minéral. En de rassemblant que des spécimens français, il est possible d’avoir une collection avec 500 à 1000 pièces représentatives de 200 à 300 gîtes différents.

L’industrie l’utilise comme fondant, c’est-à-dire que mélangée avec d’autres minéraux, elle permet d’en diminuer la température de fusion, il faut alors dépenser moins d’argent pour fondre le minerai, et l’adjonction de quelque kilogramme de fluorine à quelques tonnes de minerai permet alors d’économiser pal mal d’argent. Elle sert aussi énormément dans l’industrie chimique, c’est à partir d’elle que l’on obtient l’acide fluorhydrique, un puissant corrosif et un agent décalcifiant redoutable, particulièrement toxique. C’est aussi un opacifiant dans l’industrie du verre et des céramiques. Le nom industriel de la fluorine est spath fluor.

L’Indre est un département peu abondant en beaux minéraux, cependant on peut citer la fluorine de Chaillac, qui a été extraite en magnifiques cristaux du filon du Rossignol. Et non loin de cette mine, une autre société a exploité une carrière, dite carrière des Redoutières, qui a donné de très beaux spécimens de barytine et de goethite.

Fluorine du BeixLa mine de fluorine a été particulièrement riche, elle a été exploitée principalement dans les années 1980 et 1990. L’extraction a été stoppée en 1999 à la mine du Rossignol. En tout 300.000 tonnes de spath fluor ont pu être extraits de ce gisement.

Le gîte des Redoutières à Chaillac, détenu par la société GARROT CHAILLAC, est à barytine dominante avec fluorine récupérable en sous-produit, il reste une des importantes réserves de ce minéral en France, qui n’est pas de nos jours économiquement exploitable, mais qui pourrait l’être un jour. La production française a du faire face à la concurrence des exportations de Chine, qui représente environ plus de la moitié de la production mondiale dans les années 2000. Les anciennes carrières inutilisées ont servi à installer un parc de panneaux photovoltaïques.

Outre la fluorine, qui ici est parfois avec des fantômes de croissance à l’intérieur des cristaux en cube, les deux gisements de Chaillac ont donnés d’autres minéraux, tel que de la pyromorphite vert et brune, de la cérusite, de la galène, de l’anglésite, de la barytine, de la goethite, etc.

La mine a fait l’objet d’un hors série de la revue le Règne Minéral publié en 2004. Il y a depuis de nombreuses années un musée de la minéralogie à Chaillac.

Parmi les merveilles minéralogiques du département du Var, on compte la fluorine l’Avellan, une mine qui a été aussi un petit paradis pour les collectionneurs. Elle est située dans la Provence cristalline, dans la commune des Adrets de l’Estérel (vers Fréjus), plus particulièrement dans la combe de Maraval. Elle a produit 30.000 tonnes de spath fluor entre les années 1962 et1971, durant l’activité de la société SIMFLUOR.

Fluorine roseCette localité a donnée des spécimens de fluorine bleue, jaune et verte, parfois avec du quartz, qui hélas souvent recouvrait les cristaux de fluorine, rendant les pièces peu esthétiques. On a trouvé aussi des cristaux de barytine, perchés sur les cubes de fluorite, mais également de la pyrite ou de la galène.

Parmi les découvertes, on peut citer les grands cristaux de barytine assez gemme et transparent, sortie en 1999. Ils sont parfois "flottant", c’est-à-dire que toutes ces faces sont cristallisées, il n’y a pas de gangue ni de traces d’attache à la roche.

Cette mine a été fermée dans les années 1970, il reste peu de déblais et les entrées des galeries souterraines ont été bouchées dans les années 2000. Pour y aller, on peut partir du parking du site du fameux barrage de Malpasset, puis emprunté le GR 51 en direction du Sud, il faut après quitter le GR pour suivre un chemin vers le Vallon de l’Avellan. Le retour peut se faire par la piste forestière qui longe le pied de l’autoroute.

Une des localités qui a offert le plus de beaux cristaux bleus de fluorine est la mine du Burc, dans le Tarn, la fluorine du Burc est réputée dans le monde entier. On a trouvé aussi dans cette mine de l’azurite, de la chalcopyrite, de la malachite, de la cuprite et même du cuivre natif.

La fluorine a été exploitée en France dans une bonne soixantaine de mines, dont cinq ont fourni des productions cumulées de 1 à 2 millions de tonnes. Ces 5 gîtes majeurs français sont : Escaro (dans les Pyrénées-Orientales), Fontsante (dans le Var), Montroc (dans le Tarn), Le Burc (Tarn aussi) et Langeac (Haute-Loire).

Quelques infos supplémentaires

Actualité publiée par Camille - 1167 lectures

Partager sur les réseaux sociaux
Haut de page